Message aux personnes qui désirent faire des recherches sur nous

Conseils à l’endroit des personnes non-intersexes écrivant au sujet de l’intersexualité et des personnes intersexes

par Emi Koyama, Intersex Initiative
Inspiré du texte: Suggested Rules for Non-Transsexuals Writing about Transsexuals, Transsexuality, Transsexualism, or Trans____. Écrit par Jacob Hale.
Suggestions éditoriales de Cheryl Chase.
Traduction et adaptation françaises:
OII-francophonie

 

  1. Reconnaissez le fait que vous n’êtes pas des experts sur les personnes intersexes, sur l’intersexualité et sur ce que signifie être intersexe. Ce sont les personnes intersexes qui le sont. Quand vous écrivez à propos de l’intersexualité, assurez-vous de vous centrer sur les voix de personnes intersexes. Réfléchissez à ce qu’on entend par « objectivité », aux conditions et critères par lesquelles on (se) l’attribue, à qui décide de ces conditions, ainsi qu’à l’appartenance sociale des personnes à qui on l’octroie le plus volontiers. Réfléchissez aussi aux différents points d’observation qu’une personne peut détenir en fonction de son groupe d’appartenance.
  2. Conservez un esprit critique à l’égard des écrits sur l’intersexualité et les personnes intersexes produits par des «experts» non-intersexes, qu’il s’agisse de docteurs, de chercheurs, de scientifiques ou d’universitaires. Si vous décidez de les citer, prenez en considération les perspectives et les intérêts politiques qu’ils détiennent. Portez également attention aux sources d’où ils puisent leurs connaissances et à la manière dont ils recueillent leurs données. Sont-ils et elles en position de prétendre qu’ils et elles ne peuvent être émotionnellement interpellées par certaines observations, analyses et théorisations pouvant être tirées de l’expérience intersexe? Peuvent-elles prétendre la neutralité devant les revendications d’activistes intersexes et affirmer qu’elles n’ont rien à y perdre?
  3. Ne dissertez pas sur l’existence intersexe ou le concept d’intersexualité sans parler des vies et des experiences des personnes intersexes, de même que des enjeux auxquels illes font face. Ne vous bornez pas à utiliser les personnes intersexes comme illustration de la construction binaire des sexes. Nous sommes des sujets humains, non des objets théoriques.
  4. Ne jugez pas les politiques et les narrations des personnes et des mobilisations intersexes en fonction de leur utilité à vos priorités politiques. Il n’échoit pas davantage aux personnes intersexes qu’aux autres de démanteler les rôles de genre ou l’hétérosexualité obligatoire.
  5. Soyez conscient-e-s du fait que les écrits de personnes intersexes s’inscrivent dans des conversations se déroulant au sein de leur communauté ou se tissant avec d’autres, y compris le corps médical. mots employés par les personnes intersexes. Sachez que les mots que les personnes intersexes emploient prennent leurs sens dans ces conversations et peuvent s’adresser à des groupes ou faire écho à certains agendas politiques avec lesquels vous êtes peu familiers. 
  6. Ne confondez pas les expériences des personnes intersexes avec celles des personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles ou trans (LGBT) Vous pouvez sans doute comprendre ce qu’est grandir dans la différence, mais ceci ne signifie pas que vous avez une idée de la teneur du vécu des personnes intersexes lorsqu’elles traversent leur enfance et leur adolescence.
  7. Ne réduisez pas les personnes intersexes à des conditions physiques. Représentez-les comme les personnes multidimensionnelles qu’elles sont, avec des intérêts et des préoccupations qui dépassent les enjeux intersexes.
  8. Concentrez-vous sur ce que le regard que vous portez sur l’intersexualité et les personnes intersexes vous dit sur vous-mêmes et sur la société, plutôt que sur les personnes intersexes. Détournez votre regard analytique des corps et des genres intersexes et prenez le temps d’examiner les docteurs, les chercheurs et les universitaires qui théorisent l’intersexualité.
  9. Ne présentez pas les personnes intersexes comme étant homogènes. Les façons dont les personnes intersexes vivent leur réalité sont aussi diverses que celles des personnes qui ne le sont pas, et sont influencées par des facteurs sociaux tout aussi variés tels que la racisation, la classe sociale, la situation de handicap, l’orientation sexuelle, puis certaines situations médicales propres et affinités personnelles. Ne présumez pas qu’une personne intersexe que vous rencontrez représente la plupart ou l’ensemble des personnes intersexes.
  10. Ayez à l’esprit que certaines personnes parmi votre lectorat sont intersexes elles-mêmes et sachez que votre démarche et vos propos peuvent faire l’objet de critiques. Prenez soin d’écouter les personnes intersexes lorsqu’elles critiquent votre travail et considérez ceci comme un cadeau et un compliment. Si elles estimaient que vous n’aviez rien d’important à offrir, elles ne se donneraient pas la peine de le faire.
  11. Conservez ceci en tête: des enfants intersexes subissent encore régulièrement des chirurgies et de l’hormonothérapie non consensuelles et voient leur droit humain fondamental au respect de leur intégrité physique être bafoué.  Réfléchissez à ce que vous pouvez faire pour que ça cesse.